Selon Sonja Lyubomirsky, professeur en psychologie positive, notre héritage génétique détermine à 50 % notre état affectif. Et 10 % dépendent des circonstances extérieures. Autrement dit, globalement, nous ne percevons pas tous les émotions positives avec le même degré dès la naissance  ! Malgré cette prédisposition, la psychologie positive repose sur la conviction que nous pouvons agir sur les 40 % restants pour être plus heureux. Découvrons cette discipline.

Pychologie positive

Qu’est-ce que la psychologie positive ?

D’après la définition du psychologue Christopher Peterson, « la psychologie positive est l’étude scientifique de ce qui fait que la vie vaut le plus la peine d’être vécue ».

Introduction à la psychologie positive

Cette branche à part entière de la psychologie s’intéresse au bien-être des personnes. Son objectif consiste à fournir les clés d’une vie personnelle et sociétale épanouissante. Elle se concentre alors sur toutes les influences positives dans la vie d’un individu, notamment  :

  • ses ressources personnelles et ses qualités  ;
  • les expériences constructives tels la joie, la satisfaction, l’amour  ;
  • les états positifs comme la gratitude, la résilience.

Pour permettre aux gens de vivre une « bonne vie », le domaine d’étude parcourt tous ces sujets :

  • forces de caractère  ;
  • optimisme  ;
  • bonheur  ;
  • estime de soi  ;
  • confiance en soi ;
  • espoir  ;
  • lâcher prise  ;
  • élévation  ;
  • etc.

Contrairement à ce que nous pouvons croire, la psychologie positive n’est pas la pensée positive. Il ne s’agit pas de positiver en toute circonstance ou de nier les problèmes. Mais d’accueillir avec lucidité, tout évènement de la vie et les émotions qui en découlent. Soit une représentation réaliste d’un bien-être accessible. L’individu n’est pas « suivi  » de manière isolée dans son processus d’épanouissement. L’étude va plus loin  : elle s’intéresse également à ses relations constructives au sein d’un groupe, des organisations.

Psychologie positive, science du bien-être

Cette nouvelle approche n’est pas fondée que sur de la théorie. Elle correspond en réalité à une véritable science appliquée qui étudie le fonctionnement optimal d’un individu. Or, qui dit science, dit basée sur des  :

  • observations  ;
  • faits réels  ;
  • expériences  ;
  • protocoles rigoureux  ;
  • analyses sérieuses.

Les résultats ont permis de proposer des pratiques permettant à chacun d’apprendre à développer ses propres forces et ses ressources psychologiques. Bien plus, les neurosciences ont démontré que la plasticité cérébrale peut modifier notre rapport aux émotions. De ce fait, nos comportements et notre perception du monde évoluent également. Par conséquent, les personnes qui appliquent les techniques de la psychologie positive en retirent de grands avantages :

  • meilleure connaissance de soi  ;
  • alignement avec ses valeurs  ;
  • satisfaction dans le quotidien  ;
  • épanouissement personnel ;
  • développement du bien-être.

Martin Seligman, fondateur de la psychologie positive

Nous ne pouvons parler de psychologie positive sans citer son fondateur  : Martin Seligman. Le professeur de psychologie dirige le centre de psychologie à l’université  de Pennsylvanie. Il remarque que la discipline s’oriente majoritairement sur les pathologies et peu sur les aspects positifs. Effectivement, seuls 5 % des publications dans le domaine abordent la joie, le bonheur et l’exceptionnalisme. Le reste des écrits traite essentiellement des angoisses, des dépressions et des troubles mentaux.

Or, selon lui, elle devrait s’intéresser autant à la force humaine qu’à sa faiblesse. Elle devrait autant se préoccuper de rendre la vie des gens satisfaisante, qu’à soulager et libérer ces personnes de ce qui ne va pas. Il précise d’ailleurs que rendre un malheureux moins malheureux ne le rend pas forcément heureux. À partir de ce constat, Seligman décide de donner une nouvelle orientation à la psychologie. En 1998, il officialise le mouvement de la psychologie positive. Ci-dessous la présentation de la discipline lors de sa conférence en 2004 :

Quelles sont les composantes de la psychologie positive  ?

La psychologie traditionnelle comme la psychanalyse se focalise sur l’intra-psychique alors que la psychologie positive est plus extra-psychique.

Le modèle PERMA

Une vie épanouissante ne se résume pas au plaisir. Cet état de bien-être ne peut exister que si nous agissons sur plusieurs éléments complémentaires. Or le bien-être est un concept. Il n’est pas un objet concret que nous pouvons aisément mesurer. Comment pouvons-nous alors agir sur ce qui n’est pas palpable  ?

M. Seligman a identifié les aspects qui définissent le bien-être. Ces caractéristiques sont elles par contre mesurables. Le modèle du «  bonheur  » de Seligman, le modèle de PERMA, s’appuie sur 5 facteurs :

  • Positive emotion : émotions positives
  • Engagement : engagement
  • Relationships : relations positives
  • Meaning : sens de la vie
  • Accomplishment : accomplissement, réussite

Retenons que ces 5 éléments doivent coexister pour bâtir notre bien-être. Pris séparément, ils ne suffisent pas.

Modèle PERMA

Les forces de caractère

Pour être plus précis, Peterson et Seligman ont mis en évidence 24 forces de caractère. Elles représentent nos principales sources d’épanouissement puisque grâce à elles, nous pouvons agir sur les cinq facteurs du modèle PERMA. À savoir les émotions positives, des relations constructives, l’engagement, le sens de la vie et la réussite personnelle. En effet, chaque personne dispose d’une combinaison de forces qui s’expriment plus ou moins selon la situation vécue.

Ces 24 forces sont largement reconnues. Elles relèvent d’une observation approfondie du comportement humain au travers toutes les cultures. En psychologie positive, le principe  consiste à exploiter ces forces positives au mieux afin de les développer. Pour cela, il est primordial de commencer par identifier nos 5 traits de personnalités dominants. Ensuite, nous pouvons les renforcer en les accompagnant d’actions concrètes. En effet, sans action, nos forces n’auraient aucun impact sur notre quotidien.

Quelles sont les applications de la psychologie positive  ?

L’appel de Seligman à se concentrer davantage sur le positif dans la vie a suscité des dizaines de milliers d’études. Tous ces travaux ont permis d’établir une base de travail dans de multiples domaines de la vie. Voici quelques champs d’application de la psychologie positive :

  • vie professionnelle  : leadership, bien-être au travail  ;
  • éducation des enfants  : motivation intrinsèque, créativité  ;
  • vie de famille  ;
  • relation sociale  ;
  • argent et situation financière  ;
  • relation amoureuse  ;
  • santé et activité physique  ;
  • passions, loisirs  ;
  • développement personnel  ; etc.

La psychologie positive ne dénigre pas son aînée. Elle la complète avec une approche plus positive. Pour autant, aucun psychologue positif ne vous recommandera de vous concentrer uniquement sur le positif au quotidien. Dans cette discipline, l’équilibre a toute son importance. De nombreuses découvertes ont déjà démontré l’énorme potentiel d’amélioration de la vie des gens grâce à cette science. Et si vous transformiez votre perception du monde grâce à la psychologie positive  ? Les articles du blog peuvent vous y aider.