Vous est-il arrivé d’avoir ces pensées : « Qu’est-ce que je fais encore dans mon entreprise ? J’aspire à autre chose, mais pour faire quoi après ? J’ai une famille. Si je quitte mon emploi, je n’aurai plus de revenus. Il faut bien assurer les besoins du quotidien. » Résultat : vous restez dans une situation qui ne vous satisfait pas. D’une part, vous aimeriez vivre une vie pleine de sens, qui vous correspond. De l’autre, vous conservez un poste uniquement pour vous assurer un salaire régulier. Alors, comment concilier ces deux aspects ? Comment trouver votre voie ? Trouvez votre ikigaï !

L’ikigaï, qu’est-ce que c’est ?

L’ikigaï est un concept japonais qui vise à répondre à ces fameuses questions : « Pourquoi je me lève chaque matin ? » et « Quel est le sens de ma vie ? ».

Définition de ikigaï

Littéralement, iki signifie « vivre » et gaï, « la réalisation de ce que j’espère ». En français, l’expression équivalente serait « la vie qui vaut la peine d’être vécue » ou « raison de vivre ». Elle intègre la source de motivation profonde qui nous anime et qui favorise notre vie idéale. L’ikigaï désigne donc la vie dans laquelle nous sommes alignés avec nos propres valeurs. Et ce, dans tous les domaines de la vie qui ont de l’importance pour nous, notamment dans le travail. À Okinawa, les habitants l’appliquent naturellement. L’ikigaï est leur philosophie de vie. L’archipel est par ailleurs connu pour la santé et la longévité exceptionnelles de sa population.

Concept de l’ikigaï

Les domaines de la vie à savoir la famille, les amis, le travail, les passions ne sont pas totalement indépendants ou cloisonnés. Au contraire, la base de l’ikigaï consiste à comprendre que tout est connecté. Et que l’équilibre entre ces domaines de vie constitue notre équilibre de vie. Or, c’est bien cette harmonie qui contribue à notre épanouissement. Trouver son ikigaï c’est donc trouver sa voie dans la vie, incluant sa vie professionnelle. D’autant plus que ce concept ne correspond pas uniquement à notre développement personnel. Il améliore également celui de son entourage. En effet, nous devenons plus heureux lorsque nous nous soucions des autres.

Notre ikigaï se situe ainsi à l’intersection de ces quatre composantes :

  • ce que j’aime ;
  • ce pour quoi je suis doué·e ;
  • ce dont a besoin le monde ;
  • ce pour quoi je peux être payé·e.

Malheureusement, en France, nous avons tendance à avantager le dernier aspect. Or, lorsqu’une composante est privilégiée, l’ikigaï n’existe plus, puisque l’équilibre n’est plus maintenu. Afin de trouver son ikigaï, il est donc impératif d’inverser sa façon de penser. Il vous faut commencer par tenir compte de vos aspirations personnelles avant de vous soucier de l’aspect financier.

Comment trouver son ikigaï ?

Vous serez sur la bonne voie lorsque vous aurez identifié votre ikigaï. Pour cela, l’exercice qui suit va vous y mener. Il consiste à répondre à quatre questions, puis à relier les réponses.

Ce qu’il faut savoir avant d’identifier son ikigaï

Votre ikigaï est propre à votre personne. Il ne dépend pas de ces caractéristiques :

  • statut social ;
  • salaire actuel ;
  • profession.

Trouver son ikigaï ne se réalise pas en quelques minutes. Autrement, tout le monde aurait trouvé sa voie et serait déjà heureux dans son travail. Pour appliquer la méthode ikigaï, soyez juste honnête et bienveillant envers vous-même à chaque étape. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses.

Vous-êtes prêt ? Munissez-vous d’un carnet afin de noter vos réflexions au fur et à mesure que les idées vous parviennent. En effet, les réponses n’arrivent pas toujours au moment où nous le souhaitons. Il est même fort possible que vous ayez à revenir sur les questions à plusieurs reprises.

Question 1 : qu’est-ce que vous aimez ?

Le plaisir constitue le premier élément de l’ikigaï. Donc qu’est-ce qui vous fait vibrer ? Dans quelle activité êtes-vous heureux·se ? Qu’est-ce que vous aimez faire continuellement, sans but précis ? Listez vos loisirs ainsi que vos centres d’intérêt. Tout ce qui suscite chez vous un intérêt ou une certaine excitation. Faites-le sans vous soucier du résultat final. Pour vous aider :

  • Remémorez vos périodes d’enfance et d’adolescence. Quels étaient vos passe-temps préférés ? Que faisiez-vous qui vous procurait du plaisir ?
  • Si vous faites des activités, demandez-vous pourquoi vous les pratiquez. Le pourquoi vous permet de définir ce que vous aimez vraiment.
  • Élargissez votre champ de réflexion : au travail, à la maison, au cours des voyages, en vacances…

La connaissance de soi est indispensable pour entamer une nouvelle vie professionnelle épanouissante. Se questionner sur ce qui nous anime nous permet de nous rapprocher du métier qui nous correspond.

Question 2 : en quoi êtes-vous doué ?

Il s’agit de vos aptitudes naturelles, de vos talents. Inutile de commencer à vous comparer aux autres ou de répondre « je n’ai pas de talents ». Cette affirmation est fausse, car nous détenons tous au moins un talent. Pour vous aider dans cet exercice :

  • Pensez à ce que vous disent vos amis, vos proches : « J’adore tes plats ! Tu cuisines vraiment trop bien ! », « Woa tes dessins sont toujours magnifiques ! », « Comment fais-tu pour avoir un jardin aussi beau chaque saison ? », etc.
  • Trouvez des idées dans votre vie professionnelle et personnelle : vous sentez-vous doué pour motiver vos collaborateurs ? Pour soutenir vos amis lorsqu’ils perdent confiance en eux ? Bricoler, monter un meuble vous semble trop facile ?
  • Déterminez vos forces : gentillesse, leadership, créativité, humour…Pour cela, passez votre test gratuit en ligne pour connaître votre signature. En psychologie positive, elle correspond aux 5 forces dominantes qui vous caractérisent et que vous devez à tout prix exploiter.
réflexions - 4 éléments de l'ikigaï

Question 3 : de quoi le monde a-t-il besoin ?

Dans cette partie, vous allez vous concentrer sur les problèmes de société. Commencez par identifier les causes qui vous touchent, les aspects du monde que vous aimeriez changer. Il peut s’agir :

  • du changement climatique ;
  • de la maltraitance des animaux ;
  • de la faim dans le monde ;
  • des personnes sans-abri ; etc.

Écrivez ensuite ce que vous pourriez faire. Réfléchissez à la manière dont vous comptez contribuer au changement pour le bien commun. Je vous vois venir avec votre pensée : « ce n’est pas moi qui vais changer la face du monde ! » 😄. Si si, listez dans cette partie ce que vous apporteriez aux autres. Décrivez comment vous pourriez les aider. Les personnes qui se penchent sur les grands problèmes en retirent les plus grands bénéfices. Et il ne s’agit pas uniquement de l’aspect financier, mais bien des bienfaits humains.

Question 4 : pour quoi pourriez-vous être payé ?

Ce sont les compétences professionnelles pour lesquelles vous pourriez mériter une rémunération. Listez-les donc, même celles qui correspondent à des savoir-faire dans l’emploi que vous rêvez de quitter. Car de nombreuses compétences sont transférables dans un autre corps de métier. Pour vous aider dans votre réflexion, listez :

  • Vos savoir-faire : réfléchissez à ce que vous avez aimé faire dans chacune de vos expériences professionnelles.
  • Vos « soft skill » ou « compétences douces » : autonomie, intelligence émotionnelle, sens du service, esprit critique, créativité, management…

Trouver son ikigaï en croisant ses réponses

Votre ikigaï se situe à l’intersection des réponses apportées aux 4 questions ci-dessus. Il vous faut donc maintenant les associer. C’est ainsi que vous trouverez votre voie professionnelle. Allez, restez optimiste, vous êtes si près du but ! Pour vous faciliter la tâche, reliez-les par deux :

  • Ce que j’aime et ce en quoi je suis doué : là, vous déterminez votre passion.
  • Ce dont le monde a besoin et ce pour quoi je peux être payé : votre vocation.
  • Ce que j’aime et ce dont le monde a besoin : votre mission de vie.
  • Ce en quoi je suis doué et ce pour quoi je peux être payé : notez tous les métiers qui peuvent en découler. De cette manière, vous identifierez votre profession idéale.

Ainsi, l’ikigaï représente LA raison pour laquelle vous êtes heureux·se de sortir de votre lit chaque matin. Il évolue avec nous. En effet, dans notre parcours de vie, nous rencontrons de nouvelles personnes, vivons de nouvelles expériences, apprenons de nouvelles choses. L’ikigaï n’est donc pas figé. Il est alors judicieux de le rechercher plusieurs fois au cours de sa vie, lorsque nous ressentons un changement en nous. Il vous encouragera à oser changer le cours des choses.

Est-ce que cette méthode a fonctionné pour vous ? Avez-vous donné une nouvelle orientation à votre vie professionnelle ? Dites-le-moi en commentaires.

Si vous avez aimé l'article, vous pouvez le partager via les boutons ci-dessous.

8 commentaires

  1. J’aime beaucoup travailler l’Ikigaï en séance, c’est un concept révélateur ! Merci pour cet article

  2. Très bon article sur l’Ikigaï et très beau blog! Tout le monde devrait prendre le temps d’y réfléchir afin de trouver sa voie…

  3. Hello ! J’ai étudié mon ikigai plusieurs fois dans ma vie et il s’est affiné. Avant je pensais que c’était la photo. Aujourd’hui ce qui me fait vibrer c’est de transmettre mes valeurs autour de l’écologie (le zero dechet en particulier) que je partage sur http://www.mamanzerodechet.com).Je le sais car j’ai bcp de facilité à m’épanouir dans ce domaine, il est 6h et j’y pense déjà ! Mais comme tu dis il peut encore d’affiner à l’avenir… je trouve que l’ikigai ressemble beaucoup à la permaculture où on doit trouver un équilibre, mais qui s’applique pour un ecosysteme exterieur au corps (potager, relations humaines).
    Belle journee a toi et merci pour cet article rappel 🙂

    1. Bonjour Efi,
      Merci pour ton commentaire. Il est vrai que tout est question d’équilibre pour trouver une harmonie de vie.
      Je ne sais pas comment évoluera ton ikigaï, mais je te souhaite de continuer à vibrer ! En tout cas, je partage ton intérêt pour l’écologie…Merci de transmettre tes valeurs :).
      Belle journée à toi également.
      .

  4. Tes explications sont très agréables à lire et faciles à suivre. Ce n’est pas toujours écident de trouver sa voie professionnlle et le fait d’avoir ce shéma de questionnement autour de l’kigai peut vraiment aider. Merci pour le partage !

    1. Bonjour Vero,
      Merci beaucoup pour ton avis ! Il est très important pour moi que les explications soient claires afin qu’un maximum de personnes puissent trouver leur ikigaï.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :